Piloter un drone : un rêve de gosse

 
 Piloter un drone un rêve de gosse Les droners
 

Qui n’a jamais rêvé de voler comme un oiseau ? De voir tout là-haut ou super loin là-bas ? Et bien depuis que les drones de loisir sont arrivés dans nos vies, tout cela devient possible. Piloter un drone nous donne la possibilité d’atteindre des points de vues inaccessibles il y a encore quelques années même avec des conditions climatiques compliquées comme la neige et le vent. D'ailleurs je te conseille de lire l'article 9 points importants pour piloter un drone par temps froid.

Et ça, c’est juste incroyable. En tout cas, Claire et moi sommes littéralement tombés amoureux du drone.

 

Un attrait pour les modèles réduits depuis mon plus jeune âge

J’ai toujours été attiré par les modèles réduits. Tout petit, je passais des dimanches après-midi avec mon père et mes deux frères à faire de la voiture radiocommandée. On s’organisait des circuits avec des plots de chantier et on se créait des stands de ravitaillement (surtout pour changer les batteries en fait ^^ on adorait ça, ne me demandez pas pourquoi !). Ce sont d’excellents souvenirs.

Et puis, un jour, mon père m’a emmené à Paris (lorsque j’avais 12 ans je crois), pour visiter le salon du modèle réduit. Des voitures, des avions, des hélicoptères, des trains, des maisons… il y avait toute sorte de choses plus cools les unes que les autres. Forcément, on a ramené un petit avion en bois de balsa à construire soi-même mais ce fût un échec total lors du vol. 3 heures de construction pour un crash au bout de 2 secondes 😅

 

Comment j’en suis arrivé à piloter mon propre drone ?

Lorsque nous avons commencé à voyager en Australie avec Claire, il y a maintenant 3 ans, la photo et la vidéo prenaient une place très importante. Forcément, comme tous voyageurs/expatriés, nous voulions tout immortaliser afin que notre famille et nos amis nous suivent à l’autre bout du monde. Puis, nous sommes partis en Nouvelle-Zélande où nous avons travaillé 7 mois. Et quand le moment arriva de voyager sur l'île du Sud et l'île du Nord, deux îles aux paysages spectaculaires, nous avons décidé de créer un blog voyage pour se lancer réellement dans le blogging. Honnêtement, on y pensait depuis longtemps.

Puis, histoire de nous démarquer des autres blogueurs (après des heures de réflexions et des litres de cafés ingurgités), nous avons sauté le pas et avons acheté notre premier drone pour faire des clichés de fou.

C’est donc comme ça que j’ai commencé à piloter un drone 🚁 !

 
 Mini guide piloter un drone Les droners
 
 
 
 

Un rêve de gosse qui se réalisait

Lorsqu’on parle de piloter un drone, on ne s’imagine pas toutes les choses à savoir pour devenir un pilote averti et confirmé. D’ailleurs j’estime avoir encore beaucoup à apprendre sur cette nouvelle technologie.

J’ai passé des heures et des heures à faire des recherches sur le web, à regarder des tutos sur YouTube, à lire des articles, j’ai téléchargé des dizaines de guides pour me former et m’assurer que mon premier vol serait parfait et sans encombre.

En revanche, je n’ai pas du tout pensé à essayer de piloter un drone avant d’en acheter un. Et ça, c’est vraiment un conseil que je peux vous donner :

  • demandez à un expert (comme un club d’aéromodélisme)

  • faites une formation d’initiation pour essayer

  • et ensuite achetez votre drone

Cela peut vous éviter bien des déconvenues 😉

Viens après tout ça le moment de voler pour la première fois. Et là, c’est un moment ultra flippant. Sérieusement, je ne veux pas vous mentir mais vous allez stresser. En tous cas c’est ce que la plupart des personnes présentes dans le groupe Facebook "On voyage avec un drone" et moi-même avons ressenti lors du premier décollage.

Vous savez cette sensation avant un examen ou une première rencontre ? Et bah c’est pareil ! Tu veux tellement bien faire que tu te mets une pression de dingue. Et honnêtement c’est normal.

Jour J, arrivé sur le dit lieu, j’ai sorti le drone de sa boite, avec les mains tremblantes. Après chaque hélice mise en place, mon coeur battait un peu plus fort. Je me mettais une telle pression que ça en devenait ridicule. Heureusement Claire était là pour me faire sourire et me détendre ✌.

J’avais bien regardé les tutos sur le web, je connaissais le manuel d’utilisation par coeur, le drone était mis à jour et paré pour le décollage.

3,2,1…mise en route des moteurs, on pousse les gaz et ça y est, le drone est dans les airs ! Et ce moment là est juste oufissime (désolé je n’ai pas d’autre mot). Après quelques petits tests des fonctions, je me suis entraîné à faire des travellings super simples tellement j’avais peur de le crasher : avant, arrière, haut, bas mais toujours tout droit ! C’était encore trop tôt pour se la jouer Sébastien Loeb.

 Piloter un drone un rêve de gosse Les droners
 Piloter un drone un rêve de gosse Les droners
 Piloter un drone un rêve de gosse Les droners

Mon rythme cardiaque commençait à retomber tranquillement, je prenais de l’assurance dans mes manoeuvres donc j’ai décidé d’envoyer le drone à la hauteur maximale autorisée en Nouvelle-Zélande, c’est-à-dire 120 mètres. C’était magnifique !!! De voir toute la ville d’Auckland, les îles du golfe d’Hauraki, et nous minuscules tout en bas. Et des mouettes...😳

Je vous jure, des mouettes sont arrivées à toute allure de je ne sais où et ont commencé à tourner autour du drone. On les entendait crier super fort, elles n’arrêtaient pas et étaient de plus en plus nombreuses. Pris de panique, j’ai alors vite redescendu le drone au sol. Ouf tout allait bien. J’ai par la suite appris, que pas mal de personnes avaient eu des expériences comme nous avec les oiseaux. Forcément, ils protègent leur territoire et nous considèrent comme des ennemis envahisseurs. Et puis, disons-le, ils étaient là avant nous.

De retour à la maison, je me suis empressé d’insérer la carte micro SD dans l’ordinateur pour admirer les magnifiques clichés que j’avais pris. C’était incroyable, absolument magnifique !

Après de multiples heures de vol et d’acharnement à vouloir réaliser des plans parfaits, mais également quelques échecs, je suis super satisfait du chemin parcouru. Je sais piloter un drone, prendre des superbes photos/vidéos et surtout m’amuser avec mon drone sans stresser. Et c’est ça que j’ai envie de partager ! Mon expérience, mes compétences, pour que tu évites de faire les mêmes erreurs que j’ai pu faire à mes débuts (comme choisir le mauvais drone lorsqu'on débute ou encore crasher son drone).

Aujourd’hui il m’est possible de voir et de voler comme un oiseau. Un rêve de gosse s’est réalisé. J’espère que vous serez nombreux à le réaliser à votre tour ☺


Et toi, quelles ont été tes sensations et premières impressions ? Dis le moi en commentaire.

Et n'oublie pas de partager, cela pourrait intéresser tes amis !

À très vite. Arthur


 

TU AIMERAS AUSSI